La France enterre son passeport santé : quelles sont les nouvelles règles ?

Le Parlement français a définitivement approuvé le projet de loi santé. Mais il prévoit le rétablissement des tests PCR négatifs avant l’entrée sur le territoire si la situation sanitaire se détériore.

MAXPPP Directrice Adjointe du Service Mondial Par Marine Buisson Publié le 26/07/2022 à 17:14 Temps de lecture : 2 min

Dernier applaudissement pour le pass sanitaire à nos voisins. Après les députés, ce sont les sénateurs français qui ont adopté ce mardi le projet de loi sanitaire sur la “fin des régimes d’exception” contre le Covid (avec 209 voix pour, 30 contre et 104 abstentions). Le texte est le fruit de compromis solides trouvés la semaine dernière entre l’Assemblée et le Sénat. Et il a été largement réécrit par la majorité sénatoriale de droite. Depuis les élections législatives, il ne fait plus aucun doute que le parti présidentiel se compose sans les autres forces politiques.

Concrètement, le texte met fin, à compter du 1er août, à l’état d’urgence sanitaire. Les mesures restrictives de la vie quotidienne – qui avaient été adoptées face à l’urgence sanitaire – comme le pass sanitaire, l’obligation du port du masque, le confinement ou l’instauration de couvre-feux ne peuvent plus être rétablies.


Cependant, il existe encore des garde-fous, notamment pour les voyageurs : le gouvernement français peut obliger les personnes de plus de 12 ans à présenter un test négatif dans deux cas.

Lire aussi Coronavirus : une « vague de réinfectés » sans précédent déferle

Premièrement, pour les voyages internationaux et les territoires d’outre-mer : si une variante dangereuse apparaît dans un pays et est susceptible de constituer une menace grave pour la santé, le gouvernement peut exiger un test négatif avant d’embarquer dans l’avion à destination du territoire français. Deuxièmement, la même disposition peut être appliquée aux voyageurs en provenance des territoires d’outre-mer, toujours en cas de variante dangereuse. Mais attention, désormais seul le test négatif sera valable : sortie des certificats de vaccination et test de récupération.


Le texte ouvre la même possibilité (présentation obligatoire d’un test négatif), en cas de risque de saturation hospitalière dans les DOM-TOM. Mais rien ne peut être imposé sans consulter au préalable les exécutifs locaux et les élus parlementaires de la commune concernée.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *