Le pape François reconnaît le “génocide” dans la tragédie des pensionnats canadiens

Le pape François a donné une conférence de presse sur l’avion qui le ramenait du Canada, dans la nuit du vendredi 29 juillet au samedi 30 juillet 2022. GUGLIELMO MANGIAPANE / AP

Cette visite de cinq jours au Canada a confirmé au pape François que le temps des longs voyages remplis de multiples événements publics quotidiens appartient certainement à une époque révolue pour lui. Lors de la conférence de presse qu’il a tenue dans l’avion qui le ramenait du Canada, dans la nuit du vendredi 29 juillet au samedi 30 juillet, François a toutefois expliqué son intention de continuer à le faire. “Je vais essayer de continuer à voyager”, a-t-il déclaré. Mais il ne pense pas pouvoir “maintenir le même rythme de déplacement qu’avant”. “Je pense qu’à mon âge, et avec ces limites, je dois m’épargner un peu pour pouvoir servir l’Eglise”, a-t-il admis.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Au Canada, le « pèlerinage pénitentiel » du pape François révèle sa santé déclinante

Les trois escales canadiennes (Edmonton, Québec et Iqualuit), avec des milliers de kilomètres parcourus, plusieurs changements de fuseaux horaires et une mobilité réduite due à l’utilisation d’un fauteuil roulant, ont été un test pour le Vatican. Le pape argentin a tiré une conclusion affirmée sans fausse modestie et avec simplicité : « Je pense que je dois me limiter un peu, avec ces efforts. Peut-être faut-il changer un peu le style, réduire, restructurer [les voyages]. »

Depuis mai, une douleur au genou, causée au moins en partie par une fracture, l’empêche de faire plus que quelques pas et l’oblige à utiliser un fauteuil roulant la plupart du temps. Une opération du genou pourrait probablement être envisagée, a-t-il suggéré : « Les médecins me disent que oui. Mais lui-même la rejette. « Dans mon cas, ça ne rentre pas », dit-il. l’ablation du côlon lui a laissé de mauvais souvenirs. “J’ai encore des cicatrices, dit-il. Et on ne plaisante pas avec ça.”

Flou sur les voyages à venir

Les mouvements des mois à venir se dessinent, mais avec un certain flou. En septembre, il devrait se rendre au Kazakhstan, où se tiendra une rencontre interreligieuse et où il espère rencontrer pour la deuxième fois Kirill, le patriarche de Moscou. “C’est un trajet tranquille, pas de voyages”, a-t-il déclaré. Il aimerait aussi aller en Ukraine, qui sera probablement moins paisible. “Maintenant, nous verrons ce que je trouverai quand j’irai à Kyiv”, a-t-il déclaré.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Après les excuses du Pape, le Canada attend des actions envers les indigènes

Une visite prévue début juillet en République démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud a dû être reportée au dernier moment, précisément à cause de son genou. François a annoncé qu’il diviserait probablement ces deux destinations, d’abord avec un voyage au Soudan du Sud, “parce que c’est un voyage avec l’archevêque de Cantorbéry et avec l’évêque de l’Église d’Écosse”. La RDC viendra plus tard, « mais ce sera l’année prochaine, [après] la saison des pluies.” “J’ai toute la bonne volonté, mais on verra ce que ma jambe dira”, anticipa-t-il.

Il vous reste 37,48% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *